Dernières réflexions sur mon projet indivudel

Au cours des 5 dernières semaines, j’ai travaillé sur mon projet en milieu francophone. Au cours de ces semaines, j’ai beaucoup appris. J’en ai appris à propos de la communauté francophone et je me suis mis au défi d’améliorer mon français.

Cette expérience a été bonne car elle m’a mis au défi de sortir de ma zone de confort. Je suis une personne très timide, donc mener des entrevues était difficile pour moi. Ce qui les rendait encore plus difficiles, c’était le fait qu’ils étaient en français. Quand j’ai commencé le projet, j’étais débordé et je pensais qu’il y avait beaucoup de travail à faire et pas beaucoup de temps pour le faire. Mais à mesure que le projet avançait, chaque entrevue devenait un peu plus facile et mes compétences en rédaction et en expression orale en français s’amélioraient également.

Je pense que mes entrevues se sont bien passées et que mon projet a été un succès. J’apprendrais de mon interview précédente et je pense que chacun s’est amélioré. Mon dernier était probablement celui pour lequel j’étais le plus nerveux parce que je devais quitter le campus pour le diriger, mais il a fini par être l’un de mes plus réussis et j’ai été capable de comprendre tout ce qu’elle a dit en français.

La chose que j’aimais le plus était de pouvoir rencontrer différentes personnes pour partager avec moi des intérêts similaires, qu’ils soient personnels, professionnels ou des gens qui travaillaient dans la communauté et qui partageaient les mêmes valeurs que moi. J’ai aussi beaucoup aimé apprendre de la culture francophone et pouvoir comparer ce qui est différent et semblable à la Colombie-Britannique.

Ce projet m’a également appris l’importance des compétences organisationnelles. Nous avons dû faire beaucoup de planification et de communication avec les gens pour assurer le succès de nos entrevues. Avant chaque interview, il fallait trouver une liste de 10 questions qui devaient suivre des thèmes communs. Ensuite, nous avons dû envoyer un courriel aux personnes que nous voulions interviewer et leur donner un bref aperçu de ce que nous leur demanderions. Une partie qui était un peu difficile était la mise en place d’un temps qui a travaillé pour mener l’interview

Je ne ferais pas beaucoup différemment si je devais recommencer. La seule chose que je ferais différemment serait peut-être de le décomposer un peu plus afin que je ne me sente pas aussi impressionné que je l’ai fait au début du projet

J’étais heureux d’avoir eu l’occasion de rencontrer des gens très gentils et d’en apprendre plus sur la culture francophone.

Laisser un commentaire