S.L.A.M. (Salut Les Amis Magnifiques)

Salut le meilleur groupe d’école d’été français à l’université de Sherbrooke! C’est difficile à croire que notre dernière semaine est arrivée si vite. J’espère que vous avez absorbé autant de ce programme que possible. Félicitations à tous les acteurs et actrices qui avaient réalisé leurs talents hier soir, vous étiez allumés! De surcroît un grand BRAVO aux organisatrices pour avoir mis en place le spectacle d`étudiants. Vos efforts transparaissaient dans chaque détail de l’événement. Pour terminer ce chapitre de mon temps à Sherbrooke, je partagerai avec vous un bilan de mon projet de slam.

                                                                                      

(Fig. 1 – l`entrée au spectacle, Fig. 2 – la classe d`avancé 2)

 

Comment est passée mon expérience?

À mon avis, cette expérience m’a aidé à fleurir dans ma croissance individuelle. Je me sens plus confiante en moi-même et mon écriture. Avant, je n’avais écrit aucune poésie en français, et très peu de poésie dans mes cours d’Anglais au lycée. La composition que j’ai créée était une comparaison personnelle de ma lutte / survie comme un bébé prématuré aux enfants d’Amérique latine qui ont été séparés de leurs parents depuis le mois de mai lorsqu’ils sont arrivés à la frontière américaine à la recherche d’un refuge. C’était un projet qui m’a causé beaucoup d’inquiétude. Néanmoins, après avoir partagé mon poème au spectacle de slam (la première occasion sur trois), j’ai eu beaucoup de consolation en voyant comment mon poème a touché beaucoup plus de gens que je ne le pensais.

                                                               

(Fig. 3 – les slameurs de la cocotte collective 2018, Fig. 4 – moi au spectacle de slam)

 

Mon moment préféré

Ce que j’aimais le plus était le dernier atelier que nous avons eu avec notre personne de ressource, Frank Poule. Même s’il n’y avait pas beaucoup d’étudiants qui sont venus, il nous a montré les trucs pour nous aider avec l’angoisse de la performance. Par exemple, nous avons fait une activité vocale pour libérer nos voix et d’utiliser nos diaphragmes à la place de nos cordes vocales pour ne les pas fatiguer. (Il a répété ces trucs le lendemain avant le spectacle pour que tout le monde soit sur un pied d’égalité). Je travaillais beaucoup la projection de ma voix pour m’aider à exprimer les émotions variées dans mon poème.

  

(Fig. 4, Fig. 5 – Frank Poule à la salle de Tremplin lors de ses séances. Juin 2018)

 

À l`avenir…     

Si j’ai l’occasion de reprendre ce projet, je réaliserai un poème à propos d’une comparaison entre un fait de ma vie actuel et une autre affaire dans le monde. La raison pour laquelle la plupart de mes blocs d’écriture venaient de la difficulté de me souvenir des détails de ma naissance que ma famille me racontait.  Comme j`ai reçu le prix de « la personne la plus studieuse » au spectacle hier soir, ça se peut que mon prochain poème soit sur ce thème.

(Fig. 6 – Louis Philippe, le moniteur d`équipe verte.)

Laisser un commentaire